Montségur

Nous n'avions pas choisi ce jour de deuil national, 8 janvier 2015, pour visiter ce symbole de l'intolérance religieuse tombé en 1244. Les acteurs changent, pas l'histoire, hélas !

Cette matinée glaciale (-3°C)   ne donne pas l'envie de toucher à l'eau de ce superbe ruisseau,   ni celle d'aborder le pog,   bleu de froid.

Nous entamons la montée,   gratuite en janvier, vers l'impressionnante batisse   et nous passons devant une stèle cathare   avec, en toile de fond, le Taoulat et l'arrière du massif du St Barthélémy. 

A l'arrivée, les derniers cathares nous attendent,  ainsi qu'une vue du pog, tel un vaisseau, depuis les remparts. 

Voilà une photo du village   et un autoportrait du photographe.  

La descente nous donne l'occasion d'admirer un contemplateur,   d'apprécier la douceur de la forêt avec,   toujours, le château en toile de fond. 

Sur le chelmin,   nous avons encore droit aux facéties des boutes en train de l'équipe. 

Quel plaisir de faire une pause au col du labeur sous les bouleaux   en admirant le Fourcat ! 

  Ouh, le houx !

Vers la fin du parcours, on fait plus attention à l'importance d'un chêne   qu'à ses branches,   à gâcher une belle photo  qu'à contempler un pont.